Investir dans les sociétés non cotées

Investir dans les sociétés non cotées

18 septembre 2019 actu investissement 0

Pourquoi ne pas investir dans les actions non cotées ? Une famille de placement moins connue que les actions cotées en bourse que l’immobilier ou que l’or mais à fort potentiel. Découvrez les atouts de ce placement avec Christophe Bejach.
Le non coté est un placement rentable si l’on en croit les derniers chiffres de l’AFIQ, l’association française des investisseurs pour la croissance, le non coté a rapporté en moyenne entre 2011 et 2016 plus de 8% contre 3% pour le CAC 40 dividendes réinvestis et 5% pour l’immobilier. Bien sûr, c’est un placement risqué donc le législateur a prévu diverses incitations fiscales.

A qui s’adresser ?

Vous êtes intéressé ? L’idéal est d’investir dans votre propre entreprise ou dans celle d’un patron dont vous connaissez le talent. Si vous n’avez pas ce type de profil dans votre entourage, vous pouvez vous adresser à une association de business angels ou passer par l’intermédiaire d’une plateforme de crowdfunding, des sites internet qui mettent en relation les épargnants et les petites entreprises en quête de financement et qui ne veulent pas passer par les réseaux bancaires ou par la bourse pour trouver l’argent nécessaire à leur développement.
Trois conseils pratiques :
Tout d’abord, ne faites affaire qu’avec des plateformes agréées CIP (conseiller en investissement participatif) ou IFP (intermédiaire en financement participatif).
Ensuite, vérifiez la compétence métier des dirigeants en allant sur LinkedIn pour consulter leur CV. Si le dirigeant de la plateforme a fait toute sa carrière dans l’agriculture, il n’aura peut-être pas toutes les compétences pour analyser le projet de création d’un site d’e-commerce, par exemple.
Enfin, n’investissez que dans des secteurs que vous connaissez et n’oubliez pas les fondamentaux : les actions sont plus risquées que les obligations, les startups plus spéculatives que les entreprises matures, la biotech par définition est un business plus aléatoire que la gestion d’un camping ou d’un hôtel.

N’ayez pas peur d’investir dans les sociétés non cotées

Si vous êtes un peu craintif à l’idée d’investir dans l’économie participative, vous pouvez faire confiance à une société de gestion spécialisée qui propose d’investir dans des fonds d’investissement de proximité (FIP) ou des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).
Les FIP investissent dans des PME régionales dynamiques et les FCPI dans des sociétés innovantes. L’avantage de ces fonds, comme nous le précise Christophe Bejach, est que vous diversifiez automatiquement votre placement dans plusieurs entreprises et vous ne vous occupez de rien puisque c’est un professionnel de la gestion qui va sélectionner les entreprises.
Si vous voulez investir dans des FIP ou des FCPI, voici trois conseils :
Se diversifier en investissant dans plusieurs fonds de sociétés de gestion différentes ;
Investir dans plusieurs fonds qui correspondent à votre niveau de risque ;
Ne pas raisonner qu’en termes de fiscalité, votre placement doit s’inscrire logiquement dans votre patrimoine.
Les actions de sociétés non cotées sont faites pour vous. Elles vont vous permettre d’augmenter le potentiel de vos placements financiers tout en diversifiant les risques sur une autre classe d’actifs. Bien sûr, il faut déjà disposer d’une épargne de précaution et d’une épargne financière relativement significative.